Retour sur le gala de 2023

C’est à un voyage musical, tantôt romantique, tantôt moderne, que sous la baguette de Fabrice PETIT, l’Orchestre à Plectre UAICF de Paris nous a conviés lors de son concert annuel de Gala dimanche dernier, 3 décembre 2023.
Son programme inédit représente l’aboutissement d’un travail constant et d’une pratique persévérante de tous les musiciens qui constituent l’orchestre.

 

Au cours de ce périple mélodieux nos oreilles se sont aussi délectées des pépites musicales des jeunes et plus jeunes musiciens, sous la direction de Laurence Petit, professeure de mandoline. 


La lecture inédite de « Les mains caressent la nuit », un texte d’un écrivain cheminot du CLEC, Philippe DENIARD, lu par Fabienne LAURIN, élève de l’Atelier théâtre de la Compagnie UAICF l’Equipe s’inscrivait dans le cadre du Projet « ReVe » (Regarder, Ecouter, Voir, Entendre) mis en œuvre par l’UAICF pour rapprocher les différentes disciplines de l’UAICF sur la réalisation d’une création artistique à partir d’un thème commun. 


A l’occasion de cette manifestation musicale, la Présidente du Comité UAICF Ouest, Suzanne BONET, a remis la Médaille d’or à Patrice PORTET, le Président de l’OAP, le remerciant de son engagement total pour l’association dont il quittera les fonctions en janvier 2024. 


L’OAP nous donne rendez-vous l’année prochaine, et nous lui souhaitons non pas une pause ou un soupir mais beaucoup d’autres points d’orgue… comme celui de dimanche.

Un week-end musical à Montmoreau Saint Cybard

par Michel LECOMTE

Catherine Millet, ancienne mandoliniste de l’orchestre, nous a conviés à venir passer un weekend dans sa belle région charentaise, précisément à Montmoreau Saint Cybard près d’Angoulême. Nous voilà donc tous rassemblés en gare Montparnasse un samedi matin, pas seulement pour vérifier que les trains s’arrêtent bien à Angoulême mais aussi pour espérer  y passer un bon week-end.

Arrivés en gare d’Angoulême, le menhir d’Obélix nous tendait les bras ! (si, je vous jure). N’oublions pas que nous nous trouvons dans la capitale de la BD.

Trêve de plaisanteries, nos hôtes nous accueillent et nous embarquons direction Montmoreau situé à 30 km au sud-est d’Angoulême.

Arrivés sur le lieu de notre premier  concert ce samedi après-midi, à Aubeterre sur Dronne, nous sommes reçus par M. le Maire en personne, qui nous fait visiter son village, détenteur de la marque « Plus Beaux Villages de France » depuis 1993 et du label «Petites Cités de Caractère» depuis 2012. La visite fut rondement menée, M. le Maire nous ayant promis de ne pas trop parler, celle-ci ne durera que 90 minutes !

Le repas du diner qui s’ensuivit fut le bienvenu.

Après s’être rassasiés, direction l’église monolithe St Jean –  église creusée à même la falaise surplombant le village. Le concert se déroula plutôt bien. Nous y avons joué des œuvres de Mozart, Ketèlbey, Muse, une Suite mexicaine, sans oublier des œuvres composées pour l’orchestre par notre directeur artistique, j’ai nommé : Fabrice PETIT.

Il faut préciser pour l’anecdote que notre prestation s’est déroulée dans la fraîche atmosphère due au grand âge de l’édifice. Et ce n’est pas le public, bien que nombreux, avec ses applaudissements nourris, qui a pu nous réchauffer. L’assemblée ne s’est d’ailleurs pas attardée aux remerciements aux organisateurs et à M. le Maire, pas plus qu’à la remise d’un bouquet fleuri pour Catherine.

Fin de soirée, retour vers le gîte et autres logis pour une nuit bien méritée.

Dimanche matin petit déjeuner puis destination le château des Plassons à Bors de Montmoreau, distillerie de cognac et Pineau (bons bois) où après une visite des plus intéressantes, une dégustation gratuite n’était pas de refus. Bon après il y eut des achats compulsifs, mais nous n’étions point obligés.

Retour à Montmoreau à la salle des fêtes. Nous y mangeons, le repas fut préparé par la municipalité, puis nous donnons notre 2ème concert dans de meilleures conditions que la veille pour le plus grand ravissement des personnes présentes.

A la fin du concert eu lieu une série de remerciements envers nos hôtes et organisateurs avec remise de CD, sans oublier un mot pour notre président absent mais sans qui ce week-end n’aurait pu se faire.

Une halte avant le retour vers  Paris, s’imposait. Nous profitons une dernière fois de la terrasse panoramique chez Catherine et François. Enfin, vint le temps de l’au revoir tant et si bien que même le ciel pleura.